modélisation numérique en rénovation de maison individuelle 

Il existe plusieurs types de rénovations. La première rénovation dite avec une approche non globale, donc sans performance énergétique qui peut aller de simples travaux comme la remise en conformité de l’électricité ou la plomberie en passant par le rafraîchissement de certains murs. Mais aussi une rénovation dite globale avec un objectif de performance énergique afin de réduire le CEP (Coefficient d’énergie primaire) pour plus d’information voir l’article sur le nouveau label E+ C-.

Nous allons nous intéresser sur le deuxième cas de figure à une rénovation dite globale même si la modélisation numérique peut également fonctionner avec une rénovation simple sans atteindre d’objectif de performance énergétique.

Il est maintenant très rare de rénover une maison sans prendre en compte l’amélioration énergétique de celle-ci. Mais alors, comment savoir quels travaux effectuer pour optimiser la rénovation d’une maison individuelle ?

C’est là que la modélisation ou aussi appelée maquette numérique va prendre tout sons sens.

Elle va servir au thermicien qui va permettre d’établir différents scénarios de travaux avec donc des budgets différents. Mais aussi aux chauffagistes, aux plaquistes et experts de l’isolation, aux électriciens et même aux professionnels de la ventilation.

Mais qu’est-ce qu’une maquette numérique ?

Il faut savoir que dans la maquette numérique nous pouvons visualiser tous les corps de métiers comme dans l’exemple proposé. Cette maquette est dite maquette fédérée. L’idée est de réaliser une modélisation en trois dimensions de la maison et ensuite d’y intégrer tous les corps de métiers, comme la visualisation en 3D de la chaudière avec le passage de ces tuyauteries et le positionnement des radiateurs dans les pièces. Pour construire cette maquette fédérée, on peut s’y prendre de différentes manières et aller plus ou moins loin dans l’organisation de la collaboration.

En réalité on va parler d’une maquette en BIM. Le BIM est un fichier IFC standardisé un peu comme le PDF pour pouvoir être lu par un grand nombre de logiciels.

Il existe trois niveaux de BIM

Niveau 1 ou BIM isolé :

Dans le BIM de niveau 1, dit BIM Isolé, chaque acteur d’une construction ou d’une rénovation est chargé de réaliser sa propre maquette pour son métier. A ce niveau, il travaille avec son logiciel métier pour satisfaire à ses propres besoins. Il peut envoyer sa maquette numérique sur un autre logiciel BIM d’un autre métier, mais il peut y avoir des problèmes d’interopérabilité. Par exemple, lors de nos études thermiques nous réalisons nos propres maquettes numériques avec un logiciel thermique.

 

Niveau 2 ou BIM collaboratif

Dans le BIM collaboratif, dit BIM de niveau 2 chaque spécialiste métier va apporter son savoir-faire sur la maquette numérique qu’il doit partager d’une manière organisée et concertée avec les autres acteurs.

Dans ce modèle collaboratif, le thermicien ne pourra pas changer les tuyauteries du chauffagiste par exemple.

 

Niveau 3 ou BIM intégré

Dans le BIM intégré, dit BIM de niveau 3, la maquette se construit simultanément avec tous les acteurs et est hébergée sur un serveur. Si l’un des acteurs modifie sa pièce, la maquette s’adaptera ou déclenchera une alerte. Sur ce serveur, la maquette unique évoluera en temps réel.

Comment modéliser une maison ?

Il est vrai qu’à l’heure actuelle, la maquette numérique en rénovation contrairement au neuf n’est qu’à ses débuts. Il n’y a encore que quelques personnes qui l’utilisent et travaillent quotidiennement avec.

Mais cela peut avoir plusieurs avantages.

Une visualisation globale du projet permet d’appréhender les choix futurs et réaliser des modifications plus rapidement et simplement.

Chaque artisan connaît exactement les métrés nécessaires à la réalisation des travaux et peut visualiser et appréhender les difficultés et éviter les excès et pertes de consommables en commandant le juste nécessaire.

Elle permet aussi de conserver une trace des travaux durant toute la durée de vie de la maison, traces qui pourront servir à la maintenance (des réseaux par exemple) ou encore à la conservation d’un historique en vue de nouvelles évolutions du logement. Lors de la revente, les acheteurs auront des données concernant toutes les interventions effectuées.

La maquette numérique peut également permettre sur de plus gros projet d’échelonner et de prioriser les travaux.

Chez AEC Energie nous réalisons une maquette numérique du second niveau afin d’effectuer un audit énergétique ce qui nous semble indispensable pour une bonne rénovation et  de prioriser les travaux.